English
Graphic

4 points à retenir de la vision de la Commission Européenne pour une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050

by David Donnerer le 28 November 2018 / 404 visites

L’exécutif européen a présenté aujourd’hui les grandes lignes de son ambitieuse vision en faveur d’une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050. Cette stratégie de la Commission, qui fera date, vise à assurer la compatibilité de l’UE avec les objectifs de l’Accord de Paris et à enclencher une profonde transformation sociétale et économique.


« Une planète propre pour tous – une vision européenne stratégique à long terme pour une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat ». C’est en ces termes que la Commission a dévoilé sa proposition pour parvenir à une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050. Cette stratégie a été présentée juste avant le lancement de la COP 24, une conférence des parties clef à Katowice. Mais elle intervient également à un moment critique : l’action européenne en faveur de l’énergie et du climat stagne actuellement et les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l‘évolution du climat (GIEC) ont récemment appelé à une action plus rapide et plus ambitieuse.

Quelle incidence pour les villes ? Energy Cities a relevé 4 points à retenir de cette proposition

1- Un discours positif qui incite à agir

Alors que la stratégie de la Commission est très claire quant aux risques, en termes de dangers et de coûts, à ne pas agir pour lutter contre le changement climatique, elle tient également un discours globalement positif sur l’Europe et son engagement à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050. C’est aussi un discours de transformation. Selon la Commission, « le statu quo n’est pas envisageable ». La neutralité climatique signifie que l’UE doit atteindre zéro émission nette de GES, à savoir un parfait équilibre entre les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre (notamment grâce aux puits de carbone que sont les forêts, les sols, les zones humides, etc.).

La stratégie souligne abondamment les opportunités qu’offre une action ambitieuse et rapide en faveur de l’énergie et du climat, que ce soit en termes d’avantages sociaux, économiques, ou encore de santé pour les Européens. Selon la Commission, l’économie de l’UE devrait doubler d’ici 2050 au fur et à mesure de sa décarbonation. Des avantages économiques sont également attendus, comme une croissance de jusqu’à 2 % du PIB. Non seulement l’UE pourrait économiser de 2 000 à 3 000 milliards d’euros sur les importations de combustibles fossiles, mais grâce à des investissements dans les « emplois verts », de « nouvelles possibilités d’emplois locales et de haute qualité » pourraient être créées et d’importantes dépenses de santé évitées grâce à la réduction de la pollution de l’air.

2- Une transition énergétique européenne entraînée par les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, mais la part du nucléaire reste importante

Le secteur énergétique joue un rôle de premier plan pour faire de l’Europe une région neutre pour le climat. Le déploiement massif des énergies renouvelables et l’utilisation de l’électricité sont considérés par la Commission comme indispensables à la décarbonation totale du système énergétique européen. D’ici 2050, plus de 80 % de l’électricité devra être produite à partir de sources renouvelables, et une grande majorité de logements devra être chauffée grâce à des énergies également renouvelables.
Il est décevant de voir que la Commission continue de considérer le nucléaire comme « le cœur d’un système énergétique décarboné en Europe » en 2050. C‘est là une occasion manquée de proposer un objectif plus ambitieux de 100 % d’énergies renouvelables en Europe. Par ailleurs, tout en mettant fortement en avant l’électrification et des solutions comme l’hydrogène, le chauffage et le refroidissement, un secteur (local) pourtant essentiel, est négligé. La Commission oublie également le potentiel que représentent des technologies existantes comme les pompes à chaleur ou encore la géothermie pour décarboner le secteur énergétique européen.

Outre la mise en avant des renouvelables, l’exécutif européen prévoit également que la consommation d’énergie en Europe devrait baisser de moitié par rapport à 2005.

3- Les 7 composantes de la voie à suivre pour atteindre la neutralité climatique

Dans cette stratégie, la Commission présente huit scénarios possibles de l’avenir énergétique et climatique de l’Europe en 2050, qui vont d’une simple baisse de 80 % des émissions de GES à la neutralité climatique. Il est clair cependant que le 8ème scénario est l’option de préférence. Ce scénario repose sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, mais également sur l’économie circulaire, les puits naturels de carbone, les changements de comportement et de mode de vie, et les technologies à émissions négatives comme le captage et le stockage de carbone (CSC).

Selon l’exécutif européen, la voie à suivre pour atteindre la neutralité climatique s’articule autour de 7 composantes :

  • Maximiser les avantages de l’efficacité énergétique, y compris grâce aux bâtiments à émissions nulles
  • Maximiser le déploiement des énergies renouvelables et l’utilisation de l’électricité pour décarboner entièrement l’approvisionnement énergétique de l’Union
  • Adopter une mobilité propre, sûre et connectée
  • Faire de l’économie circulaire et d’une industrie européenne compétitive un élément essentiel permettant de réduire les émissions de GES
  • Développer une infrastructure de réseau intelligent adéquate et des interconnexions adaptées
  • Tirer le meilleur parti de la bioéconomie et créer des puits de carbone essentiels
  • Lutter contre les émissions de CO2 résiduelles par le captage et le stockage de carbone

On pourrait se demander cependant pourquoi la technologie CSC serait encore nécessaire en 2050. C’est comme si la Commission prévoyait que l’Europe de 2050 puisse encore avoir des installations fonctionnant aux énergies fossiles dont il faudrait réduire les émissions grâce à une technologie non testée et onéreuse.

4- Un rôle clef pour les citoyens et les collectivités locales

Il est encourageant de voir qu’avec cette stratégie, la Commission reconnaît le rôle essentiel des citoyens dans la transformation de l’Europe vers la neutralité climatique. Et il ne s’agit pas là d’imposer de manger moins de viande ou de prendre moins l’avion. Au contraire, elle reconnaît le rôle actif que les citoyens peuvent avoir en tant que prosommateurs ou au sein des communautés énergétiques locales. Elle établit également que de « nouveaux instruments financiers, portant à la fois sur des investissements à grande échelle et des investissements à petite échelle (communautés énergétiques par exemple) appuieront aussi la transition énergétique ».

L’action locale est considérée comme un pilier essentiel dans un cadre européen facilitant la transformation à long terme. Les villes ont un rôle critique pour conduire la rénovation des bâtiments et la mobilité durable, par exemple grâce à une meilleure planification spatiale et urbaine. La stratégie appelle également à une meilleure coordination entre instances locales, régionales et nationales afin de garantir une transition bien gérée, juste, socialement équitable et qui ne laisse personne de côté.

Le nombre croissant de villes qui s’emploient à élaborer une vision pour 2050 au moyen de feuilles de route locales pour l’énergie et le climat, comme le montre cette récente publication d’Energy Cities, est vu par la Commission comme un développement qui enrichira le débat européen et contribuera à « définir la réponse de l’Europe au défi mondial qu’est le changement climatique ».

Prochaines étapes

Toutes les institutions européennes, Etats membres, villes, régions, entreprises et ONG sont désormais invités à discuter de « la nécessaire mutation économique et du profond changement sociétal d’une manière ouverte et inclusive » au cours du premier semestre 2019. Les chefs d’Etat européens devront approuver la stratégie en mai 2019, afin qu’elle puisse être présentée en 2020, comme le prévoit l’accord de Paris.

Energy Cities et ses membres sont prêts à contribuer à cette discussion. La transformation des économies, sociétés et systèmes énergétiques locaux commencent maintenant !

Pour en savoir plus

La stratégie de la Commission pour une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050 – communication
La stratégie de la Commission pour une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050 – analyse technique d’accompagnement
Autres documents






L'équipe

Catégories du blog
Line
Derniers billets
Line
Archives
separator
Vous êtes ici : Energy Cities, Local authorities in energy transition. > Français > BLOG

A propos
En bref
Gouvernance
Les membres
L'équipe
Offre d'emploi
Stages
Contact
Politique de confidentialité
Positions
Adherer
Comment adhérer ?
Nous avons adhéré
Actions
Initiatives & Campagnes
Projets
Ateliers
Webinaires
Conférence Annuelle
Voyages d'étude
Ressources
Transition énergétique
Actions des villes
Publications
EC INFO magazine
Newsletter Energy Cities
Actu "Territoires en Transition"
BLOG
Medias
Communiqués
Articles
Outils de communication

 
Adresses Energy Cities - Besançon Energy Cities - Bruxelles